Le four solaire : simple, éprouvé et peu onéreux

Les fours solaires : une invention au service da la préservation de l’environnement

Développement des fours solaires, une réponse à un besoin de plus en plus important

Dans les régions les moins développées du globe, chaque habitant consomme plusieurs kilogrammes de bois pour subvenir à ses besoins en cuisson et donc nourriture. Outre la déforestation que cela représente, brûler ces éléments boisés rejette plusieurs tonnes de CO2 lorsque le calcul est fait sur l’année. Pour les régions plus riches, la cuisson des aliments se fait via des énergies fossiles directement (gaz) ou indirectement (électricité : produite minoritairement par des énergies renouvelables). En réponse à cela, des moyens de production directe se développent. C’est le cas des fours à énergie solaire.

Un four solaire est un système de chauffage / de cuisson basé sur les rayonnements du soleil. Ces derniers sont captés et transformés en chaleur pour cuire les aliments. Les systèmes vont du four solaire le plus simple à des cuiseurs solaires plus sophistiqués.

Fonctionnement du système

Bien qu’étant une invention ancienne (dès 1767, le principe ne s’est développé que très récemment avec les prises de conscience écologique et peine encore à se démocratiser. En toute logique, un four à énergie solaire fonctionne selon les rayonnements du soleil. Des miroirs réfléchissants concentrent la chaleur récupérée et permettent de dépasser les 3 000 degrés pour les appareils les plus développés. Ces capteurs sont disposés en parabole. Il existe deux types de technologie : les cuiseurs solaires et les barbecues solaires.

Avantages du cuiseur solaire

Les producteurs de mode de consommation par énergie solaire annoncent une cuisson véritable capable de conserver mieux les goûts que les cuissons classiques. Par ailleurs, l’absence de dégagement de fumée toxique est mise en avant. La cuisine solaire est donc naturelle et a priori moins nocive pour la santé. Un lien entre l’utilisateur et la nature est aussi un facteur de succès du four.Côté préservation de l’environnement, il est clair que l’énergie utilisée est inépuisable, ce qui s’oppose au mode de consommation et de production par ressource fossile. Indirectement, les usagers du four solaire participe à la réduction de leur empreinte carbone.

Au niveau économique, l’absence de combustible nécessaire à la cuisson permet de réduire les dépenses. Pour les pays les moins développés, le système représente un gain de temps puisque la cuisson au bois est une corvée longue (collecte du bois).

Inconvénients du dispositif

La complexité de construction de ces fours restent un obstacle. Mais le développement croissant des panneaux solaires et l’utilisation des ressources renouvelables peuvent participer à la réduction des coûts. Un frein technique existe toutefois : la parabole doit être déplacée pour être orientée constamment dans l’axe solaire. Enfin, certains dénoncent parfois un risque pour la santé : brûlures et détérioration de la vue suite à l’utilisation.Bien évidemment, la possibilité d’utilisation du four solaire dépendra des conditions météorologiques : un ensoleillement est indispensable. Il faut cependant préciser qu’aucune température minimale n’est nécessaire. La durée de cuisson sera aussi fonction de ce facteur de présence du soleil.

Liens vers des sites d’autorités :
http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/05-four-solaire
http://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/reduire-impacts/produire-utiliser-energies-renouvelables/energies-renouvelables-thermiques/dossier/chauffage-eau-chaude-sanitaire/solaire-thermique